La Stratégie sur l’accessibilité tous azimuts

Catégorie
août 1, 2019

L’été est enfin arrivé, et avec lui, la chaleur, le soleil et une foule d’activités liées au Bureau de l’accessibilité au sein de la fonction publique.

À ma grande joie, le projet de loi C-81, la Loi canadienne sur l’accessibilité, a reçu la sanction royale le 21 juin dernier lors d’une cérémonie à laquelle j’ai eu le privilège d’assister. Et saviez-vous qu’il n’y a eu aucune signature de documents par la gouverneure générale à cette occasion? La sanction royale a été octroyée par un simple hochement de tête. Mais quel moment ce fut! Cette loi transformera la façon dont le gouvernement du Canada traite la question de l’accessibilité dans l’ensemble du pays et, en vertu de ce projet de loi, des normes et des règlements dans des secteurs prioritaires pourront être élaborés. La Loi est entrée en vigueur le 11 juillet, soulignant ainsi une étape marquante dans l’histoire de l’accessibilité.

Jenny Lay-Flurrie et Ricardo Wagner, de Microsoft, et moi!

En même temps, je me préparais à effectuer un voyage avec des arrêts dans plusieurs villes, dont Redmond (à Washington), Whitehorse, Vancouver et Victoria (et je pensais à quel point j’étais chanceuse de diriger des initiatives dans le domaine de l’accessibilité avec des partenaires de tous les secteurs).

Je me suis rendue tout d’abord au siège social de Microsoft à Redmond, ou j’ai entamé une conversation intéressante sur l’accessibilité avec Jenny Lay-Flurrie, dirigeante principale de l’accessibilité de Microsoft, et Ricardo Wagner, responsable de l’accessibilité pour le Canada chez Microsoft. Nous avons passé la journée à visiter leurs nombreuses installations, notamment les laboratoires de conception et les aires de collaboration tout en discutant des politiques et des normes de Microsoft en matière d’accessibilité.   

Quelques-unes des personnes formidables qui ont participé à la séance de discussion ouverte à Whitehorse

Ensuite, j’ai fait un saut à Whitehorse pour animer une séance de discussion ouverte pour le Nord avec des employés du GC. Nous avons parlé de notre stratégie fédérale sur l’accessibilité, Rien sans nous, et j’ai eu la chance d’entendre directement les points de vue de fonctionnaires des trois territoires du Nord sur leurs expériences quotidiennes concernant l’accessibilité. Par la suite, j’ai rencontré le Conseil fédéral du Nord pour travailler à la mise en œuvre de notre stratégie, ainsi que des membres de la fonction publique du Yukon pour échanger des pratiques exemplaires et en apprendre davantage à ce sujet.

Whitehorse à 22 h!
 
Les employés de l’Administration aéroportuaire de Vancouver qui m’ont fait faire une si belle visite
 
Moi et Gypsy Boy, l’un des chiens d’assistance à l’aéroport de Vancouver

Permettez-moi d’ajouter qu’aucun voyage à Whitehorse ne serait complet si on ne profitait pas du soleil à 22 h! C’est tellement beau.

Le prochain arrêt était Vancouver, où j’ai eu le privilège de rencontrer le coprésident du groupe des présidents, une coalition des principales organisations du secteur privé de la Colombie-Britannique qui s’efforcent de devenir les plus accessibles possible. Kirsten Sutton, vice-présidente et directrice générale de SAP Labs Canada, m’a donné une belle vue d’ensemble de certains de leurs travaux. Il est intéressant de constater que le secteur privé met vraiment la main à la pâte. Par la suite, une expérience spéciale m’attendait : une visite guidée de l’aéroport organisée par Cathy Nyfors, gestionnaire du service à la clientèle, qui m’a permis d’en savoir plus sur les dispositifs d’accessibilité de l’Administration aéroportuaire de Vancouver et la façon dont tous les voyageurs peuvent vivre une expérience accueillante et inclusive.

Le jour suivant, je suis montée à bord d’un hélicoptère Helijet dans le port de Vancouver pour une journée bien remplie à Victoria. Là-bas, j’ai passé du temps avec la charmante équipe de CanAssist de l’Université de Victoria, qui m’a montré l’excellent travail qu’elle a accompli pour promouvoir l’inclusion et l’accessibilité. Dans l’après-midi, j’ai rencontré des représentants de la fonction publique de la Colombie-Britannique, qui amorcent eux-mêmes l’élaboration d’une loi sur l’accessibilité, ainsi que l’établissement d’objectifs d’embauche très ambitieux pour les personnes handicapées. Ce fut une journée incroyable, sans oublier la solution « créative » utilisée pour me faire entrer dans l’hélicoptère en sortir.

Les gens formidables de CanAssist

Le samedi, j’ai rencontré des chefs de file en matière d’incapacité et d’accessibilité à Vancouver. Carmen Papalia est un « apprenant ayant une déficience visuelle », un artiste qui intègre des vérifications de l’accessibilité dans sa pratique. Al Etmanski est un entrepreneur social qui a joué un rôle de premier plan dans la création du régime enregistré d’épargne-invalidité. Nous avons eu une discussion stimulante et animée. J’avais l’impression que mon cerveau faisait de la gymnastique suédoise! Puis, dimanche, j’étais de retour à Ottawa. Je me sens à la fois inspirée et encouragée par toutes les personnes que j’ai rencontrées au cours des dernières semaines, ainsi que par les réponses positives que j’ai reçues au sujet de la stratégie Rien sans nous.

Je vous invite à me soumettre vos questions et vos commentaires et à me faire part de vos réflexions dans ce blogue, ou à suivre notre conversation dans les médias sociaux en utilisant les mots-clics #ParlonsAccessibilité et #RienSansNous. Vous pouvez également en apprendre davantage sur l’accessibilité dans la fonction publique, notamment la stratégie sur l’accessibilité, en visitant Canada.ca/GCAccessible.


Yazmine Laroche

Image
Yazmine Laroche
sous-ministre championne des personnes handicapées à la fonction publique fédérale

Ajouter un commentaire

Règles de participation

Nous avons hâte de recevoir vos commentaires. Vos idées et vos commentaires sont essentiels au développement du portail du gouvernement ouvert et de l’approche du gouvernement du Canada en matière de gouvernement ouvert.

Même si les commentaires sont modérés, le portail ne censurera aucun commentaire sauf dans les quelques cas précis énoncés ci-dessous. Les comptes des personnes qui ne respectent pas ces règles pourraient être désactivés de façon temporaire ou permanente.

Commentaires et interaction

Notre équipe lira les commentaires et participera aux discussions lorsque ce sera approprié. Vos commentaires et contributions doivent être pertinents et respectueux.

Notre équipe ne s’engagera pas dans les questions partisanes ou politiques et ne répondra pas aux questions qui enfreignent ces modalités.

Notre équipe se réserve le droit de supprimer des commentaires et des contributions, et de bloquer des utilisateurs en fonction des critères ci-dessous :

Les commentaires ou les contributions seront supprimés s'ils :

  • contiennent des renseignements personnels, ou des renseignements protégés ou classifiés du gouvernement du Canada, ou portent atteinte à la propriété intellectuelle ou à un droit de propriété;
  • ne respectent pas les principes de la Charte canadienne des droits et libertés, Loi constitutionnelle de 1982;
  • communiquent des messages racistes, haineux, sexistes, homophobes ou diffamatoires, ou contiennent du matériel obscène ou pornographique ou y font allusion;
  • sont menaçants, violents, intimidants ou harcelants;
  • ne respectent pas les lois fédérales, provinciales ou territoriales du Canada;
  • constituent de l'usurpation d'identité, de la publicité ou un pourriel;
  • encouragent ou incitent toute activité illégale ou criminelle;
  • sont rédigés dans une autre langue que le français ou l'anglais;
  • constituent une violation de cet avis de quelque autre manière que ce soit.

Notre équipe ne peut s’engager à répondre à chaque message ou commentaire qui est publié, mais nous participerons aux conversations lorsque cela est possible. Veuillez prendre note que les réponses seront fournies dans la langue d’origine du commentaire.

Notre équipe répondra aux commentaires dans la langue officielle dans laquelle ils sont affichés. Il se peut que nous répondions dans les deux langues officielles lorsque nous estimons que la réponse présente de l'intérêt pour le grand public.

Date de modification :